Skip to main content

Le quart de finale le plus alléchant de l’Euro est sans nul doute celui qui se tiendra vendredi (21h) à l’Allianz Arena de Munich, entre Italiens et Belges. Une finale avant l’heure entre deux cadors du Vieux Continent. Les résidents de la Botte sont de retour au premier plan après avoir manqué la Coupe du Monde 2018. Depuis, Roberto Mancini s’est installé sur le banc de la Nazionale et a insufflé une nouvelle dynamique avec une génération très talentueuse. Un mariage réussi prouvé sur le rectangle vert par un jeu fluide et porté vers l’avant mais également sur le prisme de la statistique par les deux ans et neuf mois d’invincibilité de la sélection.

Des similitudes …

De son côté, la Belgique, en tête du classement mondial établi par la FIFA, veut confirmer sa suprématie par un premier titre majeur (hors JO remportés en 1920). Les Diables Rouges s’apprêtent à jouer un quatrième quart de finale consécutif dans une grande compétition, après les Coupes du Monde 2014 et 2018, sans oublier l’Euro 2016. Les deux sélections présentent plusieurs similitudes sur les derniers mois. Elles ont tout t’abord été les seules à se qualifier pour l’Euro en alignant dix victoires en autant de sorties dans leur campagne. Un sans-faute qui s’est poursuivi dans la compétition avec un 3/3 en phase de poules. De plus, la Squadra Azzurra et les joueurs de Roberto Martinez ont dû s’employer pour se hisser en quarts de finale.

… et des difficultés en huitièmes

L’Italie a vu sa série de onze victoires prendre fin samedi dernier à Wembley contre une équipe d’Autriche accrocheuse, mais finalement battue (2-1) au terme de la prolongation. Le lendemain, les Belges ont quant à eux dominé le Portugal sur la plus petite des marges (1-0) malgré la domination outrageuse de Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers, auteurs d’un poteau et 24 tirs contre six en faveur de la bande de Romelu Lukaku. Le roc de l’Inter, meilleur buteur de Serie A sur l’exercice passé, aura à cœur de briller. Il a déjà inscrit trois buts dans cet Euro, soit une unité de plus que Ciro Immobile, son homologue de la Lazio, qui sera également attendu. Cette opposition a tout pour plaire et régaler les fans du ballon rond. Mais vendredi en fin de soirée, une sélection et ses supporters seront ivres de bonheur. L’autre aura raté son car et devra attendre la Coupe du Monde 2022 pour briller dans une grande compétition …

Laisser un commentaire