Skip to main content

Arrivé à l’Euro avec un statut d’outsider, le Danemark est en train de surprendre tous les observateurs. Il réalise tout simplement son meilleur parcours dans un Championnat d’Europe depuis son unique titre décroché en 1992. Pourtant, les Danois sont passés proche du drame en début de compétition quand Christian Eriksen s’est écroulé sur la pelouse du Parken de Copenhague face à la Finlande, rencontre comptant pour la première journée de la phase de groupes. Le milieu cadre aux 109 sélections a été réanimé au bout de quelques minutes mais les images glaçantes de ce triste événement sont encore dans toutes les têtes. Le match, interrompu avant la mi-temps, a repris plus tard dans la soirée, et s’est soldé par une défaite sur la plus petite des marges des Danois, encore perturbés et sous le choc.

Des liens resserrés

Les Dynamites Danoises ont concédé un second revers de suite sur leur terrain face à la Belgique (2-1), malgré une première période délicieuse, et se sont rapprochés dangereusement d’une élimination. Mais voilà, uni comme les cinq doigts de la main depuis qu’il a cru perdre l’un des siens, le groupe danois s’est sublimé et est allé chercher la deuxième place de son groupe après avoir laminé (4-1) la Russie. Un match référence après lequel les joueurs de Kasper Hjulmand ont su enchainer en huitièmes et en quarts contre le pays de Galles (4-0) et la République tchèque (2-1). Désormais hors des terrains pour récupérer en famille de son arrêt cardiaque, mais présent dans l’esprit de ses coéquipiers, Cristian Eriksen joue beaucoup dans les performances des siens.

Eriksen « fait encore partie de l’équipe »

Le sélectionneur n’a pas manqué de le rappeler en conférence de presse après la qualification pour le dernier carré. « Je pense encore à Christian tous les jours, nous sommes heureux qu’il ait survécu. Je crois que nous avons tous compris ce qu’est le foot, à la base, et si nous sommes un peu le symbole de cela, je ne pourrai pas être plus heureux. Il fait toujours partie de l’équipe. Je lui envoie mes félicitations, il est une grande part de ce résultat », a-t-il rapporté quand Thomas Delaney a affirmé en quelques mots que « tous les sentiments sont ressortis » après cette scène effroyable. C’est avec ce même amour que le Danemark se présentera mercredi (21h) à Wembley pour tenter de créer l’exploit contre une équipe d’Angleterre motivée par ses supporters survoltés.

Laisser un commentaire